Philippe de GIBON
PDG et co-fondateur de CONVERS...

Le 06/11/2012

Philippe de GIBON Philippe GIRARD : Philippe de GIBON, vous êtes PDG et co-fondateur de CONVERS (Centre de contact, 230 salariés), Président régional et Administrateur National de OPCALIA, Membre Fondateur de l'antenne PACA de l'IMS et Administrateur National, Ambassadeur de la Charte de la Diversité, Président Fondateur de C3 PACA (Club des Centre de Contact en PACA).

Pouvez vous nous faire un point sur la Charte de la Diversité et ses évolutions, sur CONVERS, sa politique de diversité mise en place, ses perspectives d'embauche et concluez par un zoom sur C3PACA ?    

Que peut-on attendre d'un organisme collecteur qui finance la formation professionnelle et particulièrement d'OPCALIA ?

Philippe de GIBON : La formation professionnelle est extrêmement complexe et le chef d'entreprise que je suis avait du mal à s'y retrouver. Pour comprendre, j'ai sollicité un mandat chez OPCALIA.
J'ai pu comprendre ce que cet organisme pouvait apporter à un chef d'entreprise.
OPCALIA, est aujourd'hui un acteur national de premier plan, un levier d'action de 650 millions d'euros en ressources propres, 90 millions d'euros de cofinancements, 27 branches professionnelles et 62 000 entreprises adhérentes.

On adhère à OPCALIA pour son accompagnement en matière de financement de la formation des salariés via différentes mesures : plan de formation, contrats et périodes de professionnalisation, DIF, bilans de compétences, VAE... on y reste pour accéder à son offre complète de services RH-Formation sur la base de valeurs portées par toutes ses équipes : équité, efficacité, qualité.


Philippe GIRARD :
Vous êtes Membre Fondateur de l'antenne Régionale de l'IMS PACA mais aussi Administrateur National.
Qu'apporte l'IMS aux entreprises ?

Philippe de GIBON : Créée en 1986, IMS-Entreprendre pour la Cité regroupe 230 entreprises engagées dans des démarches de Responsabilité Sociétale d'Entreprise (RSE), dont une quarantaine d'entreprises en PACA.
Centre d'échanges et d'innovation, l'IMS accompagne les entreprises notamment dans les domaines de l'emploi, de la diversité, de l'égalité des chances dans l'éducation, du mécénat et du développement de business inclusifs.
L'IMS est présente dans une vingtaine d'implantations en France. Les entreprises adhérentes de l'IMS regroupent plus de 3 millions de salariés, soit près de 20% des salariés en France.


Philippe GIRARD :
Vous êtes ambassadeur de la charte de la Diversité.
Où en est-on de cette charte ?

Philippe de GIBON : L'IMS assure le suivi des entreprises signataires de la Charte de la Diversité depuis 2005 (3500 signataires à l'échelle nationale, 250 signataires en PACA). Cette charte est encadrée par un bilan annuel des actions menées par les entreprises.
Un nouvel outil lancé lors du Tour de France de la Charte de la Diversité permet d'initier les signataires éventuels aux critères de la Charte, et d'évaluer leur entreprise. La Charte n'est pas qu'une signature, c'est un engagement dans le temps et un axe de progrès social et sociétal.


Philippe GIRARD :
Que se passe-t-il pour les entreprises qui se servent de la Charte pour communiquer alors que leurs actions sont quasi inexistantes ?

Philippe de GIBON : Progressivement les entreprises comprennent que les initiatives en faveur de la diversité sont des axes de performances. Les entreprises sont de plus en plus contraintes à des quotas, de travailleurs handicapés, de seniors, d'équilibre femmes hommes, de jeunes de quartiers. Plutôt que de subir, l'entreprise doit anticiper, encadrer et manager ces différences.

Philippe GIRARD : Quel est le travail de la Commission Diversité du MEDEF dont vous êtes membre ?

Philippe de GIBON : Le comité Diversité a été créé à l'occasion du 2nd mandat de Laurence PARISOT avec l'objectif suivant : convaincre les adhérents du MEDEF des atouts de la diversité sur la pérennité de leur activité mais surtout les aider à capitaliser sur cette source potentielle de richesse, en permettant aux entreprises de toutes tailles et de tous secteurs de s'engager en matière de diversité, selon des modalités adaptées à leur mode de fonctionnement, à leur organisation, à leur problématique territoriale, à leur stratégie de développement.
Pour répondre à cet objectif, le Comité diversité développe des outils originaux :
- Afin d'aider les chefs d'entreprise à formaliser leur engagement (Pacte diversité)
- afin de faire la preuve de l'efficacité des politiques d'égalité des chances à travers la perception qu' ont les collaborateurs (Baromètre national de perception de l'égalité des chances)
- afin d'équiper les managers de proximité et chefs d'entreprise pour une meilleure gestion des diversités (Projet de référentiel de management des diversités, travaux en cours).

Philippe GIRARD : Quand CONVERS s'est engagée dans la mise en place d'une politique de la diversité ?

Philippe de GIBON : En 1998, notre premier objectif était de sortir d'un statut « petit job » pour devenir un métier à part entière offrant de vraies carrières structurées.
Ce premier challenge présentait un vrai défi RH : maîtrise du turn-over pour une montée en compétence des collaborateurs et pour marquer la différence en produisant une prestation franco-française de qualité.
Ces choix stratégiques nous ont permis de nous professionnaliser, de consolider et développer notre portefeuille clients. Mais également, d'ouvrir notre esprit à la différence.
Une des stratégies de l'entreprise est de s'ouvrir à la diversité voire aux diversités. L'organigramme de CONVERS est composé de 30% de seniors, 65% de femmes, 8 à 10% de personnes handicapées, de 24% de collaborateurs issus de quartiers défavorisés. Par la diversité, CONVERS n'a pas cherché à gérer des quotas, mais plutôt aller à la recherche des compétences et du savoir-être (qui se trouvent dans toutes les couches de la population).
Ces choix stratégiques de 1998 prouvent la possible association entre rentabilité de l'entreprise et dimension sociale et sociétale.

Philippe GIRARD : Que représente le Club Centre de Contact de PACA ?

Philippe de GIBON : A la demande du Syndicat Professionnel des Call Center et de la Mission Nationale de la Relation Client, j'ai créé C3PACA en décembre 2010.
C3 Paca, Club des Centres de Contact en Paca fédère les centres d'appels internes et externes.
Ses principales missions sont centrées autour de 2 axes majeurs :
> Fédérer, structurer et animer le réseau des entreprises de la relation client : Mobiliser les entreprises, favoriser les échanges, faire émerger les bonnes pratiques en organisant des réunions d'informations avec l'intervention d'experts, des visites de site avec tables rondes thématiques, des ateliers de travail...
> Développer l'attractivité des métiers de la filière : Contribuer à une connaissance dynamique de la filière et de ses métiers en animant des infos métiers, en participant à des événements régionaux (forums de l'emploi...), renforcer la coopération entre l'école et les professionnels de la relation client pour contribuer à la découverte des métiers auprès des collégiens et lycéens...
C3PACA travaille sur des grands sujets tels le recrutement, l'absentéisme. Nous voulons montrer que notre filière draine de l'espoir.

News Régionales & Nationales

20/11/2018
Les Trophées RSE Provence-Alpes-Côte d'Azur sont soutenus par des partenaires régionaux engagés..
20/11/2018
Témoignages, reportages, interviews... La soirée des Trophées RSE Provence-Alpes-Côte d'Azur..
20/11/2018
Pour gagner du temps à votre arrivée, pensez à vous inscrire en ligne ICI !Un badge automatique vous sera..



Agenda du mois

Aucun événement actuellement.



NEWSLETTER : recevez toutes les infos de la RSE