Le Conseil Régional fait le bilan du programme AGIR qui a financé, sur lÂ’ensemble du territoire, des projets exemplaires, innovants et durables en matière dÂ’économie dÂ’énergie et dÂ’énergies renouvelables.

Le 02/11/2010

Dotée d'un budget de 70 M€, AGIR a permis d'expérimenter de nouvelles façons de gérer l'énergie et de développer auprès des acteurs du territoire une approche favorisant la solidarité et des visions plus globales.

Plus de 600 projets innovants ont ainsi été soutenus, qui ont mobilisé plus de 100. 000 personnes sur le territoire régional.
Ces projets sont identifiés par des appels à projets permanents et thématiques. L'objectif ainsi poursuivi par la Région est de soutenir les initiatives portées par la plus grande diversité des filières, des secteurs ou des partenaires. En effet, cette démarche privilégie la mobilisation collective sur les projets.

Quatre piliers

La démarche AGIR s'appuie sur quatre piliers :
Actions : le maître mot de cette démarche est l'action et la réalisation effective de projets. Les actions sur le terrain doivent être concrètes pour un développement durable des territoires et des emplois.
Globale : AGIR intègre l'ensemble des éléments d'un projet dans une approche globale et met en synergie les acteurs dans la construction d'un projet.
Innovante : la priorité en matière énergétique est de consommer moins et mieux ce qui nécessite des approches innovantes pour les systèmes techniques, les modes d'organisation, et l'évolution des comportements.
Région : en incitant l'ensemble des acteurs socio-économiques régionaux et les citoyens à consommer mieux, AGIR contribue à garantir l'attractivité du territoire.

Six axes d'actions

AGIR est structurée autour de six axes principaux qui sont mis en œuvre par des appels à projets permanents ou d'autres dispositifs d'intervention spécifique :
AGIR avec les filières : renforcement des démarches collectives des professionnels des énergies renouvelables.
AGIR pour le bâtiment du XXIe siècle : développement de la recherche, de la formation, de la coopération dans le domaine du bâtiment afin d'encourager la construction et la réhabilitation de bâtiments économes en énergie.
AGIR avec les territoires : mobilisation locale des acteurs autour des ressources énergétiques des territoires (bois, vent, soleil...).
AGIR par l'exemple : soutien aux réalisations exemplaires en matière de consommation d'énergie et de qualité environnementale.
AGIR pour le futur : soutien des actions innovantes et expérimentales visant au développement des énergies respectueuses de l'environnement.
AGIR pour les habitants : information auprès des citoyens sur les actions qu'ils peuvent entreprendre directement pour contribuer aux économies d'énergie dans leur vie quotidienne et soutien des actions innovantes mettant en place des opérations à l'attention directe des particuliers dans différents domaines (précarité énergétique, réseaux intelligents, vulgarisation scientifique,...).

AGIR POUR L ' ENERGIE

Quelques chiffres...

600
600 projets en cours intégrant une dimension approfondie énergie-environnement
(éco-festival, exploitation agricole exemplaire, groupement d'entreprises responsables...).

1 500
Près de 1 500 entreprises, bureaux d'études, maîtres d'ouvrage et organismes
professionnels travaillent ensemble, créant un bouillonnement d'initiatives. Ce travail
en réseau fédère acteurs privés et publics, amont et aval des différentes filières
autour d'un même objectif d'optimisation des ressources énergétiques.

100 000
Plus de 100 000 personnes concernées par les projets mis en place sur l'ensemble
du territoire régional.

14 millions kWh
Chaque année, les 270 premiers projets mis en place dans le cadre d'AGIR
permettent d'économiser 14 millions kWh et de produire 13,5 millions kWh/an
d'énergie renouvelable.

3
L'investissement global généré est trois fois supérieur au montant de l'aide régionale.

AGIR, c'est aussi...

...un cadre structurant pour accompagner les porteurs de projet
Afin que chaque acteur puisse s'engager dans une éco-démarche, les actions de terrain sont accompagnées par un cadre structurant permettant d'évaluer la qualité « énergie » des projets :
- critères de notation de la performance d'une « Eco-exploitation »,
- référentiel « Bâtiment Durable Méditerranéen »,
- référentiel « Gîtes durables »,
- charte d'objectifs « Collectivités lauréates »,
- charte « Eco-gares »,
- référentiel « Festivals durables » (en cours d'élaboration).

... des projets multithématiques
Tous les projets ont une composante « énergie » avec une exigence de réduction des consommations de 20 à 50 %. La méthodologie prônée par AGIR (gestion globale du projet) a permis un élargissement des initiatives vers des questions environnementales, voire développement durable.
Ainsi, plus de 50% des dispositifs ont une composante « eau », 50% une composante « qualité environnementale du bâtiment » (énergie, bruit, paysage...) et « déchets ». Les thématiques « transport, aménagement, qualité de l'air » sont également prises en compte.
Les actions liées aux bâtiments (HLM, bâtiments publics et privés...) sont très nombreuses et contribuent à 90 % aux économies d'énergie comptabilisées. En effet, les actions structurantes mises en place ont permis à la filière « bâtiment durable » de s'accroitre de façon importante :
- créé par la Région, le PRIDES « Bâtiments Durables Méditerranéens » (Pôle Régional d'Innovation et de Développement Economique Solidaire) rassemble l'ensemble de la profession et propose une méthode accessible à tous pour la construction durable,
- une centaine de bâtiments publics et tertiaires ont été aidés par la Région et l'ADEME et peuvent servir d'exemples,
- de plus en plus de professionnels se forment et s'investissent en particulier grâce à l'Institut Régional de Formations à l'Environnement et au Développement Durable créé à l'initiative de la Région.

... une mobilisation active des porteurs de projets

Sur le terrain, les porteurs de projet qui ont des résultats probants en termes de développement opérationnel sont ceux qui ont su mettre en avant les paramètres suivants :
- des moyens humains en interne pour faire face aux questions techniques et faire partager l'ambition en interne,
- une forte volonté politique de mettre en œuvre ces actions,
- une dynamique de réseau ou partenariat avec les différents acteurs / corps de métier conséquence de la globalité de l'approche.

La démarche AGIR est une mesure originale qui relève d'un choix plus global de la part de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur : celui du développement durable. En effet, soucieuse de protéger le patrimoine naturel de son territoire et de créer un environnement de qualité pour les habitants, la Région place le développement durable au cœur de l'ensemble de ses politiques.
Aménagement des territoires, technologies de l'information, recherche et innovation technologique, développement économique, formation professionnelle, éducation et culture, coopération infra-régionale et internationale, la Région dispose des compétences nécessaires pour engager les mutations qui s'imposent.
Elle constitue un échelon essentiel pour donner corps au développement durable, pour renforcer les programmes établis et pour expérimenter des pratiques innovantes.

La Région a ainsi initié en ce sens de nombreuses démarches, dont notamment :

Un Plan Climat territorial
A l'occasion du Sommet de Copenhague en décembre 2009 auquel elle a participé, la Région a lancé l'élaboration d'un Plan Climat territorial en Provence-Alpes-Côte d'Azur visant à :
- mettre en place un système d'observation partenarial permettant d'obtenir des données quantifiables sur les émissions de gaz à effet de serre en Provence-Alpes-Côte d'Azur,
- définir les modalités d'intégration systématique de cette dimension dans la définition des politiques publiques comme dans le fonctionnement interne de la collectivité régionale,
- définir des objectifs précis et un programme d'actions concrètes tant en matière d'atténuation que d'adaptation au changement climatique.
Le changement climatique ne connaissant pas de frontière, la Région entend également agir au-delà du territoire régional. Elle a ainsi engagée des négociations avec les autres Régions et Gouvernements du pourtour méditerranéen, en lien avec le système des Nations-Unies et l'Union pour la Méditerranée, pour la co-construction et la mise en oeuvre d'un Plan climat à l'échelle méditerranéenne.

La maitrise de la consommation énergétique et la promotion des énergies renouvelables
A travers sa démarche « AGIR pour les énergies » lancée en 2007, la Région encourage la sobriété énergétique et le recours aux énergies renouvelables. Elle contribue ainsi à lutter contre le changement climatique tout en favorisant l'émergence d'une filière industrielle régionale de production d'énergie. Dotée d'un budget de 70 M€, AGIR soutient des opérations exemplaires et innovantes en matière d'économies d'énergie et d'énergies renouvelables, menées par les collectivités locales et les entreprises.

Le développement de modes de déplacement durables
Côté transport, la Région contribue à la réduction des gaz à effet de serre en menant des actions en faveur des transports « doux » : modernisation et extension du réseau des TER, soutien aux modes de déplacement alternatif à la voiture, développement de l'offre d'éco-mobilité autour des pôles d'échanges régionaux (vélos, AutoPartage), mise en oeuvre de véloroutes et de voies vertes.... Elle coordonne également l'opération « Marchons vers l'école » qui incite les enfants à se rendre à l'école à pied ou à vélo.

La promotion de l'éco-construction
Les bâtiments sont responsables de près de 40 % de la consommation d'énergie régionale. Les pratiques de ce secteur doivent donc évoluer afin de construire un urbanisme durable. Ainsi, la Région a développé la « Charte pour la Qualité Environnementale des opérations de construction et de réhabilitation en régions méditerranéennes ». Qu'il s'agisse de constructions neuves ou de réhabilitations, cette charte propose aux maîtres d'ouvrage (privés ou publics) une méthode de travail pour intégrer les enjeux environnementaux dans leurs projets d'aménagements.

Une gestion durable des ressources en eau
La Région s'attache à construire une politique de l'eau solidaire, partenariale et intégratrice des enjeux environnementaux, sociaux et économiques. Elle a ainsi lancé une réflexion avec l'ensemble des acteurs de Provence-Alpes-Côte d'Azur à travers l'organisation d'Assises régionales de l'eau et la mise en oeuvre d'un Schéma d'Orientation pour une Utilisation Raisonnée et Solidaire de la ressource en Eau (SOURSE) en vue de préciser une meilleure gestion de la ressource.

Une cohérence de l'action régionale

Depuis 2006, la Région a initié la mise en place d'un Agenda 21. Cette démarche innovante engage l'Institution à adapter son action au regard du développement durable afin de préparer le territoire aux grands enjeux du 21ème siècle, dont la lutte contre le changement climatique.
L'Agenda 21 représente une stratégie régionale de développement durable et un programme d'actions qui rendent opérationnel, à l'échelle du territoire de Provence-Alpes Côte-d'Azur et au regard des compétences de l'Institution, les principes de la Déclaration de Rio de 1992. Son élaboration permet d'apporter une valeur ajoutée aux projets, pratiques et actions de la collectivité, dans une logique de transversalité et de valorisation des politiques et schémas régionaux déjà existants.

Véritable outil au service du développement durable, l'Agenda 21 permet :

  • d'anticiper l'adaptation du territoire et de ses acteurs aux grands enjeux du 21e siècle,
  • de renforcer l'éco-responsabilité de l'institution et de ses parties-prenantes,
  • d'innover dans des domaines émergents,
  • d'améliorer la connaissance du développement durable des élus, des agents, des décideurs et bien sûr de la population régionale,
  • de faire évoluer le management et les méthodes de travail pour les rendre plus transversales, plus ouvertes, plus participatives,
  • d'inciter les territoires à s'emparer du développement durable.

L'Agenda 21, c'est également l'occasion pour la Région d'appliquer les principes du développement durable dans ses propres locaux. Tri sélectif, utilisation de papier recyclé, installation de fontaines à eau sur réseau, économie d'énergies (minuterie à détecteur de présence, écrans plats, diagnostic énergétique en cours sur les bâtiments régionaux), acquisition de scooters électriques, plan de déplacements d'administration...autant d'actions qui contribuent à rendre la Région exemplaire.
Par ailleurs, la Région a engagé en juillet 2009 la révision de son Schéma Régional d'Aménagement du Territoire. L'une des priorités de cette révision concerne la pleine intégration des enjeux du changement climatique et des adaptations nécessaires, tant au niveau des acteurs que des territoires. Il s'agit également d'appréhender les évolutions nécessaires dans la conception des politiques publiques.


News RĂ©gionales & Nationales

23/02/2016
2 PLÉNIÈRES, 9 GRANDS TÉMOIGNAGES, 12 ATELIERS, 4 MINI-CONFÉRENCES... 09H00 - 10H00 // 3..
23/02/2016
Qui posent les questions suivantes « Où sera votre entreprise dans 3 ans face aux nouveaux modèles..
23/02/2016
Avec notamment des entreprises présentes au CES 2016 (Consumer Electronic Show de Las Vegas) ou élu produit de..



Agenda du mois

Aucun événement actuellement.



NEWSLETTER : recevez toutes les infos de la RSE