Katheryne GUICHARD
Chef de projets animation et développement durable du Prides Eco-entreprises et Développement Durable

Le 02/11/2010

Katheryne GUICHARD

Katheryne Guichard, vous êtes chef de projets animation et développement durable du Prides Eco-entreprises et Développement Durable.
vous revenez sur la plate-forme régionale ISO 26000 que vous avez mise en place, ses objectifs, ses étapes, ses résultats et l'avenir au sortir de l'Iso 26000 de cette plate-forme.

Vous avez mis en place la plate-forme régionale ISO 26000, quel était l'objectif ?

Éa éco-entreprises, qui présente la particularité de fédérer historiquement en région et depuis 2007, sous son label PRIDES, un réseau de consultants en environnement et développement durable, était tout indiqué pour porter un tel dispositif transversal, en partenariat avec la délégation régionale d'AFNOR.Nous avons pour cela conçu un projet dont l'objectif était multi axial : permettre une diffusion descendante des informations issues de l'ISO et du process d'élaboration de la norme, profiter de la particularité de co-construction de la norme pour structurer et faire remonter nos remarques et commentaires vers l'ISO et développer une synergie entre les membres de la plate-forme.
Il était important que cette plate-forme soit la plus représentative possible des activités régionales d'une part, des différentes problématiques, tailles d'entreprises et niveau de « maturité » par rapport au sujet d'autre part. Pour cela, nous avons limité le nombre d'acteurs du conseil dans le groupe et intégré un nombre significatif de PME-PMI, ainsi qu'une forte représentation de leurs « parties prenantes ».
Ceci a donné une dimension innovante à ce projet de plate-forme de réflexion et d'échanges qui a fortement intéressé nos financeurs, la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur et la DIRECCTE. Ils ont d'ailleurs suivi de près notre évolution et participé à nos réunions.

Concrètement, comment cela s'est-il passé ?

 

La plate-forme était constituée d'un groupe de 45 personnes environ, issues en majorité du monde de l'entreprise (tant PME que grands groupes régionaux), du monde associatif, de la sphère institutionnelle, d'une université, d'un syndicat agricole, d'une collectivité ainsi que d'un syndicat de salariés. Toutes les dimensions du Développement Durable étaient portées : environnement et écologie ; préoccupations sociales, formation et insertion ; engagement sociétale, territorial et culturel. Cette représentativité et diversité sont des particularités fortes de la plate-forme PACA par rapport à d'autres plate-formes mises en place dans d'autres régions.
Nous avons élaboré un programme qui alternait des temps de normalisation conduits par l'AFNOR, où nous prenions connaissance de la construction de la norme (échanges aux niveaux international, différentes tractations et consensus, ...), des temps de travail concret à la compréhension du document normatif et l'accueil d'interventions externes illustratives, et de visite de sites et entreprises remarquables au titre des enjeux du Développement Durable. Nous nous sommes pour cela déplacés sur l'ensemble du territoire PACA, ce qui nous semblait indispensable pour assimiler la dimension territoriale de ce type de démarche.

Quels sont les résultats de cette plate-forme ?

L'objectif initial était de créer une sorte de groupe de référence régional pour la lecture et la compréhension de la norme, qui, en l'état, est un document plutôt de réflexion stratégique que de niveau opérationnel. La pratique des visites de sites permettait d'illustrer et « d'aller plus loin » dans la compréhension des problèmes rencontrés et solutions mises en œuvre sur le terrain, des résultats aussi, qui sont souvent peu lisibles en termes financiers immédiat, mais peuvent être merveilleusement explicités par les opérationnels ! Tout n'est évidemment pas transposable d'un organisme à un autre, mais ce sont bien les méthodes d'analyse à privilégier que nous voulions découvrir.
A l'issue de ces 2 ans, nous allons proposer un témoignage de nos expériences au travers du retour des membres eux-mêmes. Ce document sera disponible sur le site de Éa éco-entreprises (www.ea-ecoentreprises.com) et distribué lors de notre évènement de clôture, le 18 janvier 2011, à Marseille, où nous aurons le plaisir d'accueillir Mr Christian Brodhag qui fût chargé de mission interministériel pour le Développement Durable et représentait l'État français dans les travaux de l'ISO 26000. Cette journée, inscrite dans le cadre du Tour de France de ISO 26000, sera un point final à nos travaux et permettra de les communiquer largement.

L'ISO 26000 vient de sortir, quel est l'avenir de cette plate-forme ?

Ce premier projet a duré 2 ans, d'octobre 2008 à septembre 2010. Il y a eu 8 journées de normalisation, 4 ateliers thématiques et 10 visites de sites. Le taux de présence des membres, bien que tous pris par ailleurs dans leurs activités opérationnelles, a été incroyablement élevé ; inutile de dire que ce petit groupe a encore envie de travailler ensemble pour aller plus loin dans la prise en compte de la RSE !
Nous pensons pouvoir apporter une contribution maintenant plus concrète à la diffusion et au déploiement de cette norme.
Des réflexions pour un nouveau projet sont en cours avec les partenaires.

News Régionales & Nationales

11/11/2019
La zone historique des Paluds, locomotive économique de l’Est marseillais est en train de changer de visage. La..
11/11/2019
Saint-Denis, le 7 novembre 2019 - Expérimentation de labels RSE sectoriels par France Stratégie, Loi Pacte et..
20/11/2018
Les Trophées RSE Provence-Alpes-Côte d'Azur sont soutenus par des partenaires régionaux engagés..



Agenda du mois

Aucun événement actuellement.



NEWSLETTER : recevez toutes les infos de la RSE