Etude sur la durée de vie des équipements électriques et électroniques réalisée par l'ademe, des chiffres sur la durée de vie de nos appareils et cette obsolescence programmée...

Le 03/04/2013

Aucune loi n'existe et un seul écolabel s'intéresse à la question de la durée de vie : Blue Angel, le plus ancien label écologique du monde, exige en effet que la livraison de pièces de rechange soit garantie pendant 5 ans au moins après l'arrêt de la production

A titre d'exemple

l'Iphone 5 d'Apple disqualifie les chargeurs de 183 millions d'iPhone, 73 millions d'iPad et 275 millions d'iPod vendus dans le monde

Il faut savoir que les réparations des équipements électroménagers sont réalisées a 40% par les distributeurs, a 30% par les réparateurs indépendants, a 15% par les centres services, a 5% par les fabricants, et a 10% par un marche de l'autoréparation assez flou. Certains distributeurs
cherchent aujourd'hui a se désengager des activités de réparation et service après vente pour impliquer davantage les fabricants, dont c'est également le souhait (ceci n'est pas le cas pour tous les
distributeurs, en particulier les distributeurs spécialisés pour qui le SAV, cela peut constituer un argument commercial). D'autre part, le développement du commerce en ligne dont le SAV reste évasif en général, peut laisser le consommateur démuni en cas de panne. Le marche de la réparation souffre globalement aujourd'hui d'un manque de visibilité des professionnels, allant de pair avec un manque d'information du consommateur.

Etat des lieux de la réparation par catégorie de produits

Plus de 7,5 millions de réparations de gros appareils électroménagers sont réalisées chaque année par 6 000 techniciens.

Le GIFAM indique un chiffre légèrement inferieur de 6 millions de réparation sur un parc de 177 millions d'appareils, soit un taux de panne de 4%

D'après le magazine 60 millions de consommateurs, le taux de panne dans l'électroménager dépasserait systématiquement 8% et atteindrait parfois les 20% pour certains produits. Le rapport du CNIID et des Amis de la Terre (2010) souligne aussi que peu de chiffres sont communiques sur les taux de panne et de réparation par type de produit, ces données étant confidentielles, indisponibles ou partielles.

Le magazine américain Consumer Reports (publie par une association de consommateurs) indique pour sa part certains taux de panne a trois ans (mais pas de chiffres sur la réparation effective):

37% pour un ordinateur fixe, 33% pour un ordinateur portable, 28% pour un réfrigérateur, 22% pour un lave-linge, 13% pour un lave-vaisselle ou un aspirateur. D'après les fabricants de téléviseurs, il y a a ce jour environ 2% par an de pannes sur les écrans plats.

Par ailleurs, chez les Ateliers du Bocage (ateliers de réparation fondes par Emmaus), entre 20 000 et 35 000 téléphones portables sont collectes et tries tous les mois : il est estime que 30 % du matériel récupèré peut être réparé et réutilisé.

De manière générale, la réparation est possible si la compétence des réparateurs pour la catégorie de produits concernée et la disponibilité des pièces de rechange sont assurées. D' après les entretiens réalisés avec les différents acteurs, les produits les moins réparés sont les lampes (pas de réparation possible), les téléphones mobiles (manque d'accès pour les consommateurs) et les imprimantes (beaucoup d'éléments mécaniques qui s'usent, peu de pièces disponibles). Les appareils les plus réparés sont le gros électroménager tels que les lave-linge et les aspirateurs. L'étude TNS SOFRES et GIFAM (2011) observe que dans 40 a 50% des cas, des appareils sont remplaces alors qu'ils sont encore en état de fonctionner ou qu'ils seraient (techniquement) réparables

Les chiffres du rapport ADEME (2007) confirment cette tendance : seuls 44 % des appareils qui tombent en panne sont répares.

Bilan économique et social

D'un point de vue économique et social, l'activité de réparation demande une main d'œuvre
importante, et représente donc une opportunité de création d'emploi et de formation. Une augmentation de la reparabilite favoriserait donc l'emploi local puisque les activités de réparation sont difficilement delocalisables. Dans cette optique, un rapport d'information de l'Assemblee Nationale souligne la nécessite d'imposer aux industriels la mise a disposition de pièces de remplacement et la mise en place de services compétents afin d'augmenter les possibilités de réparation. Toujours selon la même source, plusieurs obstacles freinent la réparation : elle n'est pas toujours économiquement viable, et elle est confrontée a des enjeux de propriété intellectuelle qui la rendent parfois impossible.

Parmi les catégories de produit considérées, les lave-linges possèdent la durée de détention totale (égale a la durée d'usage) la plus longue (15 ans), devant les télévisions et les aspirateurs (8-10 ans).

Les équipements informatiques (ordinateurs portables et imprimantes) ont ensuite une durée d'usage d'environ 5 ans. Les téléphones mobiles peuvent fonctionner potentiellement pendant une dizaine d'années mais cette durée est rarement évoquée et leur durée d'usage n'est estimée qu'a deux ans(durée moyenne des forfaits). Enfin, la durée normative des lampes s'exprime en heures et est très variable en fonction du type de lampe, les fluocompactes pouvant atteindre 20 000 heures tandis que les lampes a incandescence classique ne durent que 1 000 heures, et les lampes halogènes entre 2 000 et 3 000 heures.

Pour les lave-linge, la durée d'usage totale est située entre 9,9 et 10,3 ans. Quant a la durée de détention totale, elle était estimée a 10 ans et 11 mois en 1977 contre 10 ans et 1 moins en 2010. Le sondage réalisé en 2010-2011 indique que 37% des appareils sont en état de fonctionnement ou en panne réparable lors de leur remplacement, ce qui suggère que la durée d'usage totale pourrait être plus longue.

L'étude estime la durée d'usage totale pour les aspirateurs entre 7,1 et 7,6 ans tandis que leur durée de détention moyenne est de 7,3 ans. La moitie des appareils remplaces étaient en état de fonctionnement ou réparables lors de leur remplacement. La duree d'usage souhaitée par les consommateurs interroges est en moyenne de 10,4 ans, donc nettement au-dessus des durées indiquées plus haut.

Pour en savoir plus sur cette étude : www.ademe.fr


NEWSLETTER : recevez toutes les infos de la RSE